atelier, journal, fragments, notes, etc.

10.01.17 – journal

© Danièle Momont — Veules-les-Roses, 06.03.15

Comme beaucoup d’adolescents, j’ai subi mon quota de malaises vagaux, mais, sauf une fois, au lycée, dans un autocar qui nous menait au musée d’Art Moderne de Villeneuve-d’Ascq, j’ai toujours filé assez tôt pour m’isoler avant de devoir me donner en spectacle. Au printemps de l’année deux mil quinze, à la terrasse d’un café où je déjeune avec K*, sous l’action conjuguée du soleil dans mon dos, de la vitesse excessive à laquelle je mange pour m’accorder au rythme de K*, très supérieur au mien, et, surtout, d’un embarras que j’ai choisi de lui taire, moins pour ne pas la raser que pour m’épargner de l’évoquer, que pour m’en distraire puisque depuis sa survenue il m’obsède, je renoue avec le malaise de ma jeunesse et, comme alors, quitte la table à temps pour gagner les toilettes, où, nonobstant ma stupeur et mes oreilles ouateuses, je m’aperçois, avant, tout compte fait, de réclamer K* près de moi par l’entremise d’une serveuse, que les haut-parleurs des W.C. diffusent, non pas de la musique, mais la voix de Gilles Deleuze dans son Abécédaire — j’omets de noter la lettre qui l’occupe.

09.01.17 – journal

© Danièle Momont — Auzouville-sur-Ry, 20.01.16

• Le soir, ayant éteint dans la cuisine, j’ai le temps, avant de rejoindre la chambre, d’apercevoir, éclairés du dessous par les lumières urbaines, surplombant la maisonnette en contre-haut de Mme L*, de petits cumulus, qu’on croirait phosphorescents dans le ciel noir.
• Outre la tenue dont il faudra la vêtir à sa mort et qu’on lui réclame de décrire en ma présence lors d’une réunion à l’EHPAD, à laquelle participent J*, la psychologue de l’établissement, l’ergothérapeute et la représentante officielle du personnel soignant, je connais depuis longtemps les deux morceaux de musique dont elle souhaite que je demande la diffusion à l’église pour son inhumation, mais, même si je sais depuis deux ans son mal irrévocable, je renâcle à les réunir — ce qui m’épargnerait au jour dit un embarras supplémentaire — sur support numérique, et je m’aperçois qu’écrivant, la seule pensée d’en dévoiler ici les interprètes et les titres m’offusque, comme s’il fallait que je la tue déjà.

13.12.16 – collage adressé

© Danièle Momont
Titre : Nerfs chimiques & fille de sel
[cliquer sur le collage pour l'agrandir]

11.12.16 – journal

© Danièle Momont

CHARENTON-LE-PONT
Retour (provisoire) — décoller avec soin les journées une à une, une à une les manger, se délecter d'elles, ne pas s'en assouvir

09.12.16 – journal

© Danièle Momont

HÉNIN-BEAUMONT
39. Fin (provisoire) — se repeupler


© Danièle Momont

HÉNIN-BEAUMONT
40. Fin (provisoire) — se réensemencer

08.12.16 – journal

© Danièle Momont

HÉNIN-BEAUMONT
38. Fin (provisoire) — petite tête dure, assidue, aux aguets, petite tête appliquée : tiens bon

07.12.16 – journal

© Danièle Momont

HÉNIN-BEAUMONT
35. Suite — un tout petit frisson, mais parfaitement pur


 © Danièle Momont

HÉNIN-BEAUMONT
36. Suite — ne pas peser, ou alors à peine


 © Danièle Momont

HÉNIN-BEAUMONT
37. Suite — d'autres sels, d'autres chiens

06.12.16 – journal

© Danièle Momont

HÉNIN-BEAUMONT
34. Suite — on sort, on s'égare, pas question de reculer

05.12.16 – journal

© Danièle Momont

HÉNIN-BEAUMONT
33. Suite — la nuit le réverbère — son existence obscure